OBJECTIONS CONCERNANT L'ADORATION EUCHARISTIQUE (1 à 11)

OBJECTIONS CONCERNANT L'ADORATION EUCHARISTIQUE PERPÉTUELLE (12 à 19)

 

On connaît les réticences de nombreuses personnes devant la pratique de l’adoration eucharistique. Parfois, ces oppositions relèvent d’une allergie à la prière contemplative en général, une crainte de " fuite dans le spirituel ", de désengagement dans la vie du monde, un rapport magique et superstitieux envers les espèces consacrées. Parfois, ces oppositions relèvent d'incompréhensions que nous souhaitons clarifier ici... Voici quelques objections classiques à l’adoration eucharistique et leurs réponses :

 


 

OBJECTIONS CONCERNANT L'ADORATION EUCHARISTIQUEfiles/adoration eucharistique/Divine_Mercy.gif

 

1. Objection : Pourquoi adorer l'Eucharistie si Dieu est présent en nous, et si on peut l'adorer en nous ? Adoration ou Oraison ? L'adoration eucharistique est-elle concédée par l'Église à ceux qui ne savent pas faire oraison ? Adoration ou Oraison ?

2. Objection : On accuse l’adoration eucharistique d’être sentimentale et attachée à un signe concret.

3. Objection : Est ce qu'en adorant le Saint-Sacrement, on ne risque pas de "chosifier" Jésus, d'aller aimer "son petit Jésus à soi" ?

4. Objection : Le Christ a dit seulement « Prenez et mangez ». Il n'a pas dit « Prenez et adorez ». Ainsi, il ne faut pas adorer l'Eucharistie.

5. Objection : Je peux aussi bien prier dans la forêt, dans la nature...

6. Objection : Pour certains, il est inutile d'adorer si on ne va pas évangéliser ensuite...

7. Objection : Les personnes qui veulent l'adoration ne comprennent pas le lien entre l'Eucharistie et la communauté. L'adoration représente un recul dont la conséquence est de séparer l'Eucharistie de la Messe.

8. Objection : Ce n'est pas nécessaire d'avoir l'exposition du Saint Sacrement pour l'adoration eucharistique. Jésus est tout aussi présent au Tabernacle.

9. Objection : La présence du Seigneur parmi nous n'est pas limitée par sa présence dans l'Eucharistie. Jésus est avec nous d'autres manières aussi. Par exemple, il est parmi nous lorsque nous nous rassemblons pour prier, pour célébrer les sacrements, pour lire les Saintes Ecritures. Bien que l'Eucharistie soit la présence du Christ que nous célébrons le plus, on doit garder ce sacrement dans le contexte qui lui est propre.

10. Objection : Puisque la pratique de l'adoration eucharistique était absente au premier siècle, celle-ci n'est pas utile aujourd'hui.

11. Objection : On ne peut pas prier le chapelet devant le Saint-Sacrement ni prier l'office divin...

 


PRINCIPALES OBJECTIONS CONCERNANT L'ADORATION EUCHARISTIQUE PERPÉTUELLE

 

12. Objection : L'adoration perpétuelle dans les églises paroissiales n'est pas encouragée par l'Eglise...

13. Objection : L'adoration perpétuelle n'est pas possible à cause des vacances...

14. Objection : Pas suffisamment de paroissiens accepteront de s'engager de manière permanente dans l'adoration perpétuelle.

15. Objection : Même si les paroissiens s'engagent généreusement à une heure d'adoration hebdomadaire, ils se décourageront rapidement.

16. Objection : À cause de la violence, il est trop dangereux de commencer l'adoration de nuit.

17. Objection : Il se pourrait que l'on interprète la pratique prolongée de l'adoration perpétuelle comme une diminution de l'importance de l'exposition à des temps forts, tels que les Quarante Heures, ou l'Heure Sainte du Jeudi Saint.

18. Objection : L'exposition dans une chapelle latérale ou dans une salle quelconque est à déconseiller. S'il y a exposition, elle devrait avoir lieu dans une chapelle conçue pour cela, ou au maître autel de l'église.

19. Objection : Il n'est pas bon que, dans nos paroisses, on fasse l'exposition en même temps que la messe, même dans les cas où la chapelle serait séparée de l'église par une cloison vitrée, ou encore un mur de briques.

 


 

RÉPONSES AUX PRINCIPALES OBJECTIONS CONTRE L'ADORATION EUCHARISTIQUEfiles/adoration eucharistique/Children.gif

 

1. Objection : Pourquoi adorer l'Eucharistie si Dieu est présent en nous, et si on peut l'adorer en nous ? Adoration ou Oraison ? L'adoration eucharistique est-elle concédée par l'Église à ceux qui ne savent pas faire oraison ?

 

Réponse : adoration ou oraison ?

 


2. Objection : On accuse enfin l’adoration eucharistique d’être sentimentale, et attachée à un signe concret.

 

Réponse : "Notre foi, pourtant, a besoin pour fixer son attention et d’être attirée par un signe qui renvoie à la réalité divine. La vue de l’hostie consacrée soutient la démarche de foi. Est-ce une concession à la faiblesse et à la psychologie humaine ? C’est plutôt la loi de l’Incarnation qui joue : notre être doit pouvoir collaborer à l’expression de notre amour afin de le rendre plus intense et plus incandescent. L’adoration eucharistique est de ce fait une merveilleuse miséricorde de Dieu. Il place le Corps eucharistique de Jésus à notre portée, sous notre regard. On ne peut nier le réalisme anthropologique de cette dévotion. L’intimité avec Dieu qui, en son Fils a pris chair de notre chair pour nous faire partager sa divinité, ne veut pas se passer de l’incarnation des moyens. De quelle manière faire entrer nos contemporains dans ce mouvement d’adoration, dans un contexte où le rapport au corps est biaisé ? Dans notre civilisation, le corps est souvent devenu un objet : de séduction et de convoitise qui est exhibé, de promotion commerciale, de publicité et de commerce de manipulation (une boîte à outils : transplantation d’organes, manipulations génétiques) D’un côté le corps est adulé, de l’autre méprisé, quand il est fripé, usé, déjà habité par la proximité de la mort. Quand il ne correspond plus aux canons de beauté, à l’utopie de l’éternelle jeunesse. Tant de nos contemporains voudraient un corps éternellement indemne, préservé et qui n’a pas servi. Un corps sans histoire.

 

Dans l’adoration, face au corps eucharistique du Christ, corps livré pour la vie du monde, corps qui a transité par la mort et qui s’est fait don et nourriture, corps qui révèle à l’Eglise l’intériorité et le mystère de l’amour de Dieu pour l’homme, le croyant agenouillé est invité à offrir son corps « en hostie, vivante, sainte, agréable à Dieu ». (Rm 12,1). En mobilisant son corps dans un geste de recueillement et d’offrande, en déchargeant son esprit de toute préoccupation, centrée sur Jésus-Hostie, l’adorateur accueille pour lui-même, au nom de l’Eglise et pour le salut du monde, la Mission du Christ qui donne sa vie pour que le monde ait la vie. « Votre corps est le temple de l’Esprit-Saint. Rendez gloire à Dieu dans votre corps » (1 Co, 19-20)" (Mgr Dominique Rey, Adoration et évangélisation).

 


3. Objection : Est ce qu'en adorant le Saint-Sacrement, on ne risque pas de "chosifier" Jésus, d'aller aimer "son petit Jésus à soi" ? L'adoration eucharistique, est-ce une piété personnelle ou une prière aux dimensions du monde ? Qui rencontrons-nous dans l'adoration ? « Son petit Jésus » que l'on va aimer pour soi, ou bien Jésus qui se donne et nous pousse à nous donner en retour ?

 

Réponse: Jésus au Saint-Sacrement n'appartient à personne comme un bien propre, mais il est le don du Père pour la vie du monde. Pour bien comprendre l'adoration eucharistique, il faut toujours revenir à sa source, la Messe. Célébrée pour la gloire de Dieu et le salut du monde, la Messe est le mémorial de la Passion du Christ. Plus largement, la Messe rend présente et efficace aujourd'hui la mission du Christ, de son incarnation jusqu'à la Pentecôte et anticipe sa venue définitive et glorieuse. Cette mission du Sauveur s’inscrit dans l’oeuvre des trois Personnes divines : le Père a envoyé son Fils dans le monde ; le Fils l'a sauvé par sa mort sur la croix et a envoyé l'Esprit qui forme l'Église. L'Église vit de l'Eucharistie et l'Eucharistie fait l'Église. Les Personnes divines renouvellent leurs missions propres chaque fois que l'Église célèbre l'Eucharistie : le Père envoie de nouveau son Fils qui prend chair dans l'Eucharistie et se donne au monde : « Je suis le pain vivant donné pour la vie du monde » (Jn 6, 51). L'Esprit est donné à ceux qui s’approchent de l’Eucharistie dans la foi : « 'Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi !' selon le mot de l'Ecriture : ‘de son sein couleront des fleuves d'eau vive’. Il parlait de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui avaient cru en lui » (Jn 7, 38). L'Eucharistie n'existe que pour être don. La célébration de la Messe trouve son accomplissement dans la communion, d'abord sacramentelle, mais ensuite spirituelle : c'est l'adoration eucharistique. Ainsi, nous contemplons en l'hostie non pas « son petit Jésus à soi », mais Jésus, l'envoyé du Père, qui se donne à nouveau au monde, déversant son Esprit dans le cœur des croyants. L'adoration devient union à Dieu lorsque nous nous associons à ce mouvement de l'amour qui se donne, c'est-à-dire lorsque nous participons à la triple mission des Personnes de la Sainte Trinité…

files/adoration eucharistique/Monstrance_sun.gif 

Il est donc précieux de s'entretenir avec le Christ et, penchés contre Jésus comme le disciple bien-aimé, nous pouvons être touchés par l'amour infini de son Cœur qui répand l'Esprit. Nous apprenons à connaître plus profondément celui qui s'est donné totalement pour devenir disciple et pour entrer, à notre tour, dans ce grand mouvement de don, pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Nous sommes appelés à nous mettre à son école, pour être peu à peu configurés à Lui, pour laisser l'Esprit agir en nous et pour réaliser la mission qui nous est confiée. En particulier, l'amour du Christ nous pousse à travailler sans cesse à l'annonce de l'Évangile et pour le service des hommes. « Nous ne formons qu'un seul Corps, car nous avons tous part à ce pain unique » (1 Co 10, 17). Le mystère eucharistique est la source, le centre et le sommet de l'activité spirituelle et caritative de l'Église (Presbyterorum Ordinis, 6).

 

Ainsi, « la proximité avec le Christ, dans le silence de la contemplation, n'éloigne pas de nos contemporains mais, au contraire, elle nous rend attentifs et ouverts aux joies et aux détresses des hommes, et elle élargit le cœur aux dimensions du monde. Elle nous rend solidaires de nos frères en humanité, particulièrement des plus petits, qui sont les bien-aimés du Seigneur. Par l'adoration, le chrétien contribue mystérieusement à la transformation radicale du monde et à la germination de l'Évangile. Toute personne qui prie le Sauveur entraîne à sa suite le monde entier et l'élève à Dieu. Ceux qui se tiennent devant le Seigneur remplissent donc un service éminent ; ils présentent au Christ tous ceux qui ne le connaissent pas ou ceux qui sont loin de lui ; ils veillent devant lui, en leur nom » (Lettre de Jean Paul II à Mgr Houssiau, évêque de Liège)

 

Voilà pourquoi il est important de proposer dans une paroisse, non pas une adoration "self-service" (on adore quand on passe par là) ou une adoration "gruyère" (on n'organise pas les heures d'adoration, donc il y a des trous, des temps où le Saint-Sacrement est laissé seul), mais une chaîne ininterrompue de prière et d'intercession pour l'Église et pour le monde. Pour dépasser une adoration affective (on adore quand on le sent... on va voir 'son petit Jésus') et passer à une adoration en 'esprit et en vérité', une adoration en Église et pour l'Église, il est bon de s'engager à une heure fixe d'adoration par semaine : « Les véritables adorateurs adoreront le Père en ‘esprit et en vérité’ » (Jn 4, 23). L'adoration devient alors un service pour l'humanité. Nous veillons au nom de l'Église, pour ceux qui en ont le plus besoin... L'expérience montre que l'engagement à une heure fixe permet de persévérer aussi dans les périodes d'aridité et de sécheresse spirituelles...

 


4. Objection : Le Christ a dit seulement « Prenez et mangez ». Il n'a pas dit « Prenez et adorez ». Ainsi, il ne faut pas adorer l'Eucharistie.

 

Réponse :

1. "Depuis la réforme liturgique, la Messe et l’adoration en dehors de la Messe étaient souvent considérées comme en opposition : le Pain eucharistique ne nous aurait pas été donné pour être contemplé, mais pour être mangé, selon une objection alors courante. Dans l’expérience de prière de l’Eglise, s’est désormais manifesté le manque de sens d’une telle opposition. Saint Augustin avait déjà dit : « Que personne ne mange cette chair sans auparavant l’adorer ;... nous pécherions si nous ne l’adorions pas ». De fait, dans l’Eucharistie nous ne recevons pas simplement quelque chose. Celle-ci est la rencontre et l’unification de personnes ; cependant, la personne qui vient à notre rencontre et qui désire s’unir à nous est le Fils de Dieu. Une telle unification ne peut se réaliser que selon la modalité de l’adoration. Recevoir l’Eucharistie signifie adorer Celui que nous recevons. Ce n’est qu’ainsi, et seulement ainsi, que nous devenons une seule chose avec Lui. C’est pourquoi le développement de l’adoration eucharistique, telle qu’elle a pris forme au cours du Moyen-âge, était la conséquence la plus cohérente du mystère eucharistique lui-même : un accueil profond et véritable ne peut mûrir que dans l’adoration. C’est précisément dans cet acte personnel de rencontre avec le Seigneur que mûrit ensuite également la mission sociale qui est contenue dans l’Eucharistie et qui veut briser les barrières non seulement entre le Seigneur et nous, mais également et surtout les barrières qui nous séparent les uns des autres" (Benoît XVI à la curie romaine le 22 décembre 2005)

 

2. Jésus a dit «Prenez et mangez» lors de la Sainte Cène. Mais juste après, au jardin des Oliviers, il a demandé à ses disciples «Ne pouvez-vous pas veiller une heure avec Moi ?» Ainsi, après avoir donné son corps à manger dans l'Eucharistie, Jésus demande à ses disciples de veiller avec lui, de passer du temps en sa compagnie. Cet appel de Jésus s'adresse d'abord aux apôtres, mais ensuite à chaque chrétien. Puisque l'Eucharistie est la "continuation et l'extension de l'incarnation" (Mirae caritatis : “l’admirable trésor” par LEON XIII, 1902), c'est à dire la présence corporelle de Jésus à son Église, le croyant d'aujourd'hui peut rendre à Jésus le même hommage que ses disciples il y a 2000 ans. Le mode de présence sacramentel de l'Eucharistie continue et étend la présence du Christ à son Église. L'adoration du Saint-Sacrement donne aux croyants d'aujourd'hui de rendre le même service à la personne divine de Jésus que les disciples d'alors. Par notre foi et notre amour envers le Saint-Sacrement, nous offrons à Jésus ce que ses disciples lui ont offert dans sa présence naturelle autrefois.

 

3. Il est vrai que le noyau central de la foi eucharistique, donné par Jésus, est « Prenez et mangez, faites ceci en mémoire de moi ». Mais il ne faut pas rejeter ce que l'Esprit-Saint a enseigné à son Église au cours des siècles pour approfondir ce mystère même. Dans son grand discours eucharistique de la sainte Cène, Jésus a dit: « J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l'instant vous n'avez pas encore la force de le porter. Quand il viendra, l'Esprit, il vous guidera dans la vérité tout entière: il redira tout ce qu'il a entendu dire; et ce qui doit venir, il vous le fera connaître. Il me glorifiera, car il prendra ce qui vient de moi et vous le fera connaître.» (Jn 16, 12) En effet, plus l’Eglise a pénétré le mystère de l’Eucharistie, plus elle a compris que la réception du Christ dépasse le cadre de la célébration. Le mystère eucharistique demeure. Il nous inclut dans le culte divin de l’Eglise universelle…

 

4. Dans le Catéchisme de l'Église Catholique sur l'adoration de l'Eucharistie (1378-1380), nous lisons : "dans l'Église files/adoration eucharistique/Statue_Jesus.gifprimitive, la réserve eucharistique avait d'abord pour but la communion des malades, mais après, avec une meilleure compréhension du mystère, sous l'inspiration du Saint Esprit, l'Église a développé le culte d'adoration du Saint-Sacrement." Jean-Paul II rappelle que l'Eucharistie ne peut se réduire à sa dimension communautaire de banquet et de sacrifice, mais doit aussi être vécue dans sa dimension de présence, c'est-à-dire dans l'adoration eucharistique. (cf. Ecclesia de Eucharistia, 61). "L'animation et l'approfondissement du culte eucharistique sont une preuve du renouveau authentique que le Concile s'est fixé comme but, et ils en sont le point central. Et cela, vénérés et chers Frères, mérite que nous y réfléchissions spécialement. L'Eglise et le monde ont un grand besoin de culte eucharistique. Jésus nous attend dans ce sacrement d'amour. Ne mesurons pas notre temps pour aller le rencontrer dans l'adoration, dans la contemplation pleine de foi et prête à réparer les grandes fautes et les grands délits du monde. Que notre adoration ne cesse jamais..." (Jean-Paul II écrit dans Dominicae Cenae)

 

5. Extrait  « Dieu nous est proche » L’Eucharistie au cœur de l’Église Benoit XVI Page 94:

"Une objection affirme que le Seigneur s'est donné dans le pain et dans le vin. Ce sont des choses que l'on mange. Par là, il aurait montré assez clairement ce qu'il veut qu'on en fasse et ce qu'il ne veut pas. On en a conclu que le pain n'est pas là pour être regardé, mais être mangé. Au fond, c'est juste; le Concile de Trente dit aussi la même chose. Mais rappelons-nous ce que veut dire recevoir le Seigneur. Ce n'est jamais seulement un acte physique comme lorsque je mange un morceau de pain. Cela ne saurait pour cela jamais être seulement l'acte d'un moment. Recevoir le Christ signifie: aller à sa rencontre, l'adorer. Pour cette raison, la réception peut dépasser la célébration eucharistique, oui, c'est même nécessaire. Plus l'Eglise a pénétré le mystère eucharistique, plus elle a compris qu'elle ne peut pas finir de célébrer la communion dans les minutes auxquelles la messe est limitée. Ce n'est que lorsqu'on a allumé dans les églises la lampe du Saint-Sacrement et qu'on l'a posée à côté du tabernacle que le mystère a éclos comme une fleur et que la plénitude du mystère eucharistique a été accueillie par l'Église. L'église n'est pas un local dans lequel tôt le matin a lieu une fois quelque chose, tandis qu'il demeurerait vide et «sans fonction» pour le reste de la journée. Dans le local qu'est l'église, il y a toujours l'Église puisque le Seigneur se donne toujours, puisque le mystère eucharistique demeure et puisqu'en nous avançant vers ce mystère, nous sommes toujours inclus dans le culte divin de toute l'Église croyante, priante et aimante.

Nous connaissons tous la différence entre une église remplie de prières et une église devenue un musée. Aujourd'hui, nous courons le grand danger que nos églises deviennent des musées et qu'elles aient alors le son des musées: quand elles ne sont pas fermées, elles sont pillées. Elles ne vivent plus. La mesure de la vie de l'Église, la mesure de son ouverture intérieure, se montrera dans le fait qu'elle pourra tenir ses portes ouvertes parce qu'elle est une église remplie de prières. Je vous prie donc tous, de tout cœur, de reprendre de l'élan pour cela. Ressouvenons-nous du fait que l'Église est toujours vivante, qu'en elle le Seigneur vient continuellement à notre rencontre.

L'Eucharistie et sa communion seront d'autant plus remplies que nous nous préparerons nous-mêmes pour le Seigneur dans une prière silencieuse devant la présence eucharistique et que nous deviendrons de véritables communiants. Une telle adoration est toujours plus que de parler à Dieu en général."

 


5. Objection : Je peux aussi bien prier dans la forêt, dans la nature...

 

Réponse: "On le peut, certes. Mais s'il n'y avait que cela, alors l'initiative de la prière, c'est nous seuls qui la prendrions; alors Dieu serait un postulat de notre pensée - s'il répond, s'il peut et veut répondre, cette question resterait ouverte. L'Eucharistie signifie: Dieu a répondu. L'Eucharistie est Dieu comme réponse, comme présence qui répond. Alors, l'initiative de la relation entre Dieu et l'homme n'est plus notre affaire, mais celle de Dieu, et ce n'est qu'ainsi que cela devient sérieux. C'est pourquoi la prière dans l'espace de l'adoration eucharistique atteint un niveau tout à fait nouveau; c'est maintenant que la relation est devenue bilatérale et donc vraiment sérieuse. Oui, elle est non seulement bilatérale, mais universelle: quand nous prions en présence de Jésus-Eucharistie, nous ne sommes jamais seuls. Alors, toute l'Église célébrant l'Eucharistie prie toujours avec nous. Alors, nous prions dans l'espace de l'exaucement, puisque nous prions dans l'espace de la mort et de la résurrection, donc là où est exaucée la plus véritable de toutes nos demandes: la demande de la victoire sur la mon, la demande de l'amour qui est plus fon que la mort. Dans cette prière, nous ne nous tenons plus devant un Dieu imaginaire, mais devant le Dieu qui s'est donné à nous réellement; devant le Dieu qui, pour nous, s'est fait communion et qui, ainsi, nous libère pour la Communion et nous conduit à la résurrection, nous qui étions limités. Nous devons chercher à nouveau une telle prière. Que nous redevenions Église priante et, par là, Église ouverte. Seule l'Église priante est ouverte. Elle seule est vivante et invite les hommes; elle offre à la fois communion et espace de silence." (Extrait  « Dieu nous est proche » L’Eucharistie au cœur de l’Église Benoit XVI Page 95)

 

 

Prier Dieu dans la nature et la forêt, c’est la grâce de la louange. Saint Paul invite à prier sans cesse. Mais n’oublions pas que ce ne sont ni la nature ni les arbres qui nous ont sauvés ! C’est Jésus mort et ressuscité. L’Eucharistie rend présent les fruits de la mort et de la résurrection de Jésus. Aller à la messe, aller adorer le Saint Sacrement, c’est revenir à la source du salut. C’est aller puiser toutes les grâces nécessaires pour que sa vie devienne louange et offrande.

 

 


6. Objection : Pour certains, il est inutile d'adorer si on ne va pas ensuite évangéliser...files/adoration eucharistique/Passion.gif

 

Réponse : Certains disent : "Si après avoir adoré le Saint-Sacrement, vous n'allez pas évangéliser, votre adoration a été stérile..." Ceci est absurde. On adore avant tout parce que Dieu en est digne. Ceci suffit !!! Adorer est le premier devoir de justice de l'homme vis-à-vis de son Créateur, "rien de plus doux sur terre, rien de plus apte à faire avancer dans les voies de la sainteté" (Paul VI, Mysterium Fidei). Jésus dans l'Eucharistie est l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde : "Il est digne est l’Agneau immolé de recevoir tout honneur, louange et gloire (Ap 5, 12) dans une adoration incessante (Ap 7, 15) pour tout ce qu’il a fait pour notre salut. (Ap 5, 9)". "Adorer la sainte Hostie, ce devrait être le fond de la vie de tout humain" (Charles de Foucauld).

 

Adorer est en soi un acte qui nous évangélise et qui évangélise le monde par sa puissance de transformation. "L’adoration est un acte intime, mais aussi missionnaire, évangélisateur. N’est-elle pas l’acte où se révèle que le monde a un cœur et que ce cœur vibre de l’amour qui transforme tout ?" (Mgr Dominique Rey, Congrès de l'adoration, Paray-le-Monial, 2006). Outre l'union avec Dieu et l'expérience de l'amour infini du Coeur du Christ, l'adoration en "esprit et en vérité" pousse naturellement le croyant, s'il ne résiste à l'Esprit, à annoncer Jésus-Christ à ses proches comme la Samaritaine à annoncé aux siens sa rencontre avec le Sauveur... "Ce n’est que dans l'adoration eucharistique que peut mûrir un accueil profond et véritable. C’est précisément dans cet acte personnel de rencontre avec le Seigneur que mûrit ensuite également la mission sociale qui est contenue dans l’Eucharistie et qui veut briser les barrières non seulement entre le Seigneur et nous, mais également et surtout les barrières qui nous séparent les uns des autres" (Benoît XVI, voeux de Noël, 22 décembre 2005)

 


7. Objection : Les personnes qui veulent l'adoration ne comprennent pas le lien entre l'Eucharistie et la communauté. L'adoration représente un recul dont la conséquence est de séparer l'Eucharistie de la Messe.

 

Réponse : 

La Messe est le centre, la source et le sommet de toute vie chrétienne. « L’acte d’adoration en dehors de la messe prolonge et intensifie ce qui est réalisé durant la célébration liturgique elle-même » (Benoit XVI, ‘Sacramentum Caritatis’, n°66). Adorer la sainte hostie me pousse à reconnaître que l’Eucharistie est plus qu’une nourriture : c’est une personne divine. En adorant, je communie spirituellement, ce qui fait grandir dans mon cœur le désir de la communion sacramentelle.

 

À la messe sont surtout soulignés les aspects sacrificiel et communautaire de l'Eucharistie. Dans l'adoration eucharistique, c'est la présence réelle du Ressuscité qui est mise en avant.Nombreuses sont les paroisses qui témoignent d'une assistance accrue à la messe quotidienne après l'établissement de l'adoration perpétuelle.(cf. liens entre la messe et l'adoration). 

 


8. Objection : Ce n'est pas nécessaire d'avoir l'exposition pour l'adoration eucharistique. Jésus est tout aussi présent au tabernacle.

 

Réponse: 

La porte du tabernacle ou la vitre de l'ostensoir ne peuvent en aucun cas limiter la présence réelle du Seigneur ni sa grâce ou ses effets vivifiants et transformants dans l’âme. Toutefois, pour l'adorateur, c’est plus facile : dans l'ordre de la psychologie humaine et conformément aux lois de l'Incarnation, la différence entre "voir l'hostie" et "prier devant le tabernacle fermé" peut se comparer à la différence entre converser avec un ami face à face et converser avec ce même ami sans le voir directement. "Voir l'hostie" aide l'adorateur à s'unir au Christ par la foi en fixant son regard sur l'hostie.

De plus, par l'exposition du Saint-Sacrement, nous honorons et glorifions le mode sacramentel du Christ dans l'Eucharistie. Cela s’inscrit dans la demande de Jésus à sainte Julienne d'instituer la Fête-Dieu pour honorer solennellement son Corps et son Sang sous les apparences du pain...

 


9. Objection : La présence du Seigneur parmi nous n'est pas limitée par sa présence dans l'Eucharistie. Il est avec nous par d'autres façons aussi. Par exemple, il est parmi nous lorsque nous nous rassemblons pour prier, pour célébrer les sacrements, pour lire les Saintes Ecritures. Evidement, l'Eucharistie est la présence du Christ que nous célébrons le plus; néanmoins, on doit garder ce sacrement dans le contexte qui lui est propre.

 

Réponse : Sous d'autres modes, Jésus est présent à son Église, dans sa puissance, dans son autorité, par son Esprit. Mais dans l'Eucharistie, il est présent en sa Personne: corps, sang, âme et divinité (cf. les différents modes de présences du Christ à son Église par Paul VI dans Mysterium Fidei). La présence de Jésus dans l'Eucharistie est la présence corporelle du Christ(Cardinal Journet) où Jésus accomplit sa promesse de ne jamais nous quitter selon ses paroles: "Voici que je suis avec vous jusqu'à la fin des temps." L'adoration eucharistique perpétuelle est un petit coin du ciel sur la terre, puisque Jésus y est adoré sans cesse ici-bas, tout comme les anges et les saints l'adorent sans cesse au ciel. 

 


10. Objection : Puisque la pratique de l'adoration eucharistique était absente au Ier siècle, celle-ci n'est pas utile aujourd'hui.

 

Réponse : Le catéchisme de l'Église Catholique répond ainsi : "La sainte réserve (tabernacle) était d’abord destinée à garder dignement l’Eucharistie pour qu’elle puisse être portée aux malades et aux absents en dehors de la messe. Par l’approfondissement de la foi en la présence réelle du Christ dans son Eucharistie, l’Église a pris conscience du sens de l’adoration silencieuse du Seigneur présent sous les espèces eucharistiques. C’est pour cela que le tabernacle doit être placé à un endroit particulièrement digne de l’église ; il doit être construit de telle façon qu’il souligne et manifeste la vérité de la présence réelle du Christ dans le Saint-Sacrement." (1379)

 


11. Objection : On ne peut pas prier le chapelet devant le Saint-Sacrement ni prier l'office divin...files/adoration eucharistique/Statue_Mary.gif

 

Réponse : Au contraire, même si l'adoration ne doit se réduire à la prière du chapelet. Mère Teresa de Calcutta partageait son adoration en deux parties. D'abord elle méditait le chapelet devant le Saint-Sacrement exposé, ensuite elle prenait un temps de silence et de Coeur à Coeur avec Jésus au Saint-Sacrement.

 

Voici un extrait des 'Suggestions et Propositions' présentées par la congrégation du culte divin en 2004, nous lisons:

15. - Adoration et Liturgie des Heures. “Devant le Saint-Sacrement longuement exposé, on peut encore célébrer une partie, en particulier une heure principale, de la Liturgie des Heures. Celle-ci, en effet, étend aux diverses heures du jour les louanges et actions de grâce qui sont offertes à Dieu dans la célébration de l’Eucharistie; les supplications de l’Église sont adressées au Christ et par lui au Père, au nom du monde entier” (De sacra communione, 96).

16. - Adoration et Chapelet. La Lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae nous a dernièrement aidé à dépasser une vision du Chapelet considérée comme une prière simplement mariale, en nous invitant à valoriser son caractère éminemment christologique: contempler les mystères du Christ avec les yeux et le cœur de Marie, en communion avec elle et à son exemple.

 

"Le Rosaire lui-même, entendu dans son sens le plus profond, biblique et christocentrique, que j’ai recommandé dans la Lettre apostolique Rosarium Virginis Mariæ, pourra être une voie particulièrement adaptée à la contemplation eucharistique, réalisée en compagnie de Marie et à son école" (Mane nobiscum, Domine, « Reste avec nous Seigneur », Jean-Paul II, 10 oct 2004)

 


 

RÉPONSES AUX PRINCIPALES OBJECTIONS CONTRE L'ADORATION PERPÉTUELLE

 

12. Objection: L'adoration perpétuelle dans les églises paroissiales n'est pas encouragée par l'Église...

 

Réponse: Ceci est faux. Jean-Paul II et Benoît XVI ont non seulement permis, mais aussi encouragé l'adoration eucharistique perpétuelle en paroisse, avec Jésus exposé au Saint-Sacrement jour et nuit !

 

Ceci est faux. Les derniers papes ont non seulement permis, mais aussi encouragé l'adoration eucharistique perpétuelle en paroisse, avec Jésus exposé au Saint-Sacrement jour et nuit !

 

Le 2 décembre 1981, St Jean-Paul II inaugura l'adoration permanente du Saint-Sacrement, dans une chapelle de la basilique Saint Pierre de Rome. Dans sa prière d'ouverture, le pape encourageait toutes les paroisses à commencer l'adoration eucharistique prolongée.

 

En juin 1993, Jean-Paul II exprima le souhait suivant: ‘J'espère que cette forme d'adoration, avec exposition permanente du Saint-Sacrement, continuera dans l'avenir. Puisse cette forme d'adoration se poursuivre à l'avenir, afin que dans toutes les paroisses et communautés chrétiennes, s'installe de manière régulière une forme d'adoration de la très Sainte Eucharistie’. (Homélie au 45ème Congrès eucharistique international à Séville. Osservatore Romano, Juin 1993)

 

« Dans les limites du possible, surtout dans les zones les plus peuplées, il conviendra de réserver tout spécialement à l'adoration perpétuelle des églises et des chapelles" (Benoît XVI, Sacramentum Caritatis, 67)

 

« L’Église ne peut vivre sans le poumon de la prière, et je me réjouis beaucoup que se multiplient dans toutes les institutions ecclésiales les groupes de prières, d’intercession, de lecture priante de la Parole, les adorations perpétuelles de l’Eucharistie » (François, Evangelii Gaudium, 262)…

 


13. Objection: L'adoration perpétuelle n'est pas possible à cause des vacances...

 

Réponse: Tout dépend de la manière dont la chapelle d'adoration perpétuelle est organisée pendant l'année et lors des périodes de vacances... L'organisation proposée ici présente la structure mise en place dans les 1500 paroisses qui ont institué l'adoration perpétuelle. Les adorateurs choisissent une heure d'adoration par semaine. Ils sont gardiens du Saint-Sacrement. Dans le cas où ils ne pourraient se rendre à la chapelle (déplacements, vacances...), ils cherchent un remplaçant en suivant les démarches prévues. Très souvent les juilletistes vont remplacer les aoûtiens et réciproquement. En effet, assez peu de paroissiens quittent leur paroisse deux mois de suite. Aussi, puisque les activités paroissiales sont arrêtées pendant les vacances, il est possible à un paroissien d'adorer une heure supplémentaire lorsqu'il reste chez lui, sur la paroisse. On peut aussi faire appel aux vacanciers par une annonce à la fin des messes. Tout dépend donc de l'organisation et de l'anticipation de ces périodes de vacances. Beaucoup d'autres solutions sont envisageables... Si nous faisons notre possible, le Seigneur fera le reste... (Pour en savoir plus sur l'organisation, cliquez ici)

 


14. Objection: Pas suffisamment de paroissiens accepteront de s'engager de manière permanente dans l'adoration perpétuelle.

 

Réponse:

C'est l'expérience des faits qui doit répondre à cette question. Il y a 168 heures dans la semaine. Dans la plupart des paroisses, entre un quart et un cinquième des pratiquants réguliers répondent à l'invitation de l'adoration perpétuelle lorsque celle-ci est présentée de manière stimulante et attrayante... Les prêtres sont souvent surpris par le nombre de personnes qui s'engage et y reste fidèle. Des paroisses qui n'attiraient que peu de personnes pour l'adoration du 1er vendredi du mois attirent maintenant suffisamment de monde pour l'adoration perpétuelle ! Plusieurs raisons à cela : Premièrement, il est évident que le Saint-Esprit pousse le peuple de Dieu à adorer Jésus qui se donne au Saint-Sacrement. Les curés qui ont lancé l'adoration perpétuelle peuvent témoigner des grâces reçues pour leur paroisse. Aussi, puisque la chapelle est ouverte à toute heure, chacun peut y participer, car tout le monde peut trouver au moins une heure dans la semaine pour la passer avec le Seigneur. Ensuite, proposer l'adoration perpétuelle montre l'importance de l'adoration eucharistique et pousse chacun à y participer. Un système de remplacement est mis en place pour permettre à chaque adorateur de se faire remplacer si nécessaire.(cliquez ici).

 


15. Objection : Même si les paroissiens s'engagent généreusement à une heure d'adoration hebdomadaire, ils se décourageront rapidement.

 

Réponse: Voilà pourquoi il est nécessaire de mettre en place une structure. Chaque paroissien est invité à choisir une heure par semaine pour la passer dans la chapelle d'adoration. Cet engagement à l'adoration hebdomadaire aide les paroissiens à se fidéliser dans la prière. À chaque heure, nous prenons le relais de quelqu’un. A la fin de l'heure, nous laissons la place à quelqu’un d’autre. Chacun est ainsi un maillon essentiel pour que la chaîne de prière soit continue et que soit rendu à Jésus ‘amour pour amour’. L'adoration est un service de prière fait en Église et pour l'Église. Ensuite, par cette heure d'adoration régulière et fidèle, les adorateurs parcourent un chemin spirituel authentique avec le Seigneur. Puisque le Père 'émonde la vigne pour qu'elle porte de meilleurs fruits,' (Jn 15, 2), et qu'il cherche des adorateurs qui adorent 'en esprit et en vérité' (Jn 4, 23), les adorateurs passeront forcément par des sécheresses et aridités spirituelles. Le curé, les responsables de l'adoration perpétuelle veilleront à aider les adorateurs à franchir de nouvelles étapes spirituelles par des formations ou des écoles d'adoration. Le livret 'Nouvelle Evangélisation', comme tant d'autres, peuvent être des outils pour mieux comprendre la démarche de l'adoration eucharistique. (Pour en savoir plus sur l'organisation, cliquez ici).

 


16. Objection : À cause de la violence, il est trop dangereux de commencer l'adoration de nuit.

 

Réponse : Le règne de Jésus est manifesté par la paix et l'unité. La violence est la preuve apparente du règne du grappin autour de nous. Nous pouvons réagir de deux manières différentes : soit s'enfermer chez soi et laisser la violence s'accroître; soit lutter contre la violence, d'une part par des actions sociales et d'autre part en établissant le règne eucharistique de Jésus sur terre par l'adoration perpétuelle. "Si mon peuple ... s'humilie, s'il prie, cherche ma présence, ... je guérirai son pays." (2 Ch. 7, 14). En adorant l'Agneau au Saint-Sacrement perpétuellement, nous faisons sur terre ce qui se fait au ciel et par conséquence, le ciel descend sur terre. Par la puissance de l'adoration eucharistique, la violence diminue. Beaucoup de prêtres ont déclaré que le nombre de crimes dans leur quartier a diminué au moment où ils ont commencé l'adoration perpétuelle dans leur paroisse. (cf. fruits de l'adoration en paroisse et la valeur de l'adoration nocturne...)

 


17. Objection : Certains interprètent la pratique prolongée de l'adoration perpétuelle comme une diminution de l'importance de l'exposition à des temps forts, tels que les Quarante Heures, ou la veillée du Jeudi Saint. Qu'en est-il ?

 

Réponse: L'adoration eucharistique perpétuelle conduit les fidèles à Jésus dans l'Eucharistie et montre l'importance de l'adoration eucharistique dans la vie de l'Église. Elle a pour conséquence naturelle, non seulement une plus grande foi et ferveur pour l'Eucharistie, mais aussi une participation accrue à la messe et aux autres pratiques eucharistiques. Adorer l'hostie fait grandir le goût de l'Eucharistie. C'est une communion spirituelle que nous ne devrions pas négliger.

 


18. Objection : Certains pensent que l'exposition dans une chapelle latérale ou dans une salle quelconque est à déconseiller.

 files/adoration eucharistique/Candle.gif

Réponse: S'il y a exposition, elle devrait avoir lieu dans une chapelle conçue pour cela, ou au maître autel de l'église. Qu'en est-il ? Ce n'est pas l'endroit où Jésus est adoré qui importe, mais l'amour et la foi qui lui sont portés. A Bethléem, Jésus a été adoré, couché dans la mangeoire d'une étable. On ne peut dire qu'il manquait quelque chose à cette adoration-là ! De nos jours, on a converti des salles paroissiales, des sacristies secondaires, des locaux, des caves, des chambres de sous-sol et des garages en de très belles chapelles d'adoration eucharistique perpétuelle, aptes au recueillement et à la prière. L'amour et le dévouement qui ont motivé la préparation de ces locaux en lieux dignes d'adoration de notre Seigneur sont admirables et édifiants. Par contre, comme l'église paroissiale est utilisée pour célébrer régulièrement les offices (messes, mariages, funérailles et d'autres...), il n'est pas opportun d'avoir l'adoration perpétuelle au maître-autel... L'adoration serait interrompue trop souvent. Par ailleurs, les coûts de chauffage ou de climatisation de l'église, 24 heures sur 24 seraient exorbitants. Enfin, l'atmosphère d'intimité propre à une petite chapelle est préférable pour l'adoration.

 


19. Objection : Peut-on adorer le Saint-Sacrement dans une chapelle pendant que la messe est célébrée à l'église ?

 

Réponse: Ni le Code de Droit Canon ni 'Eucharistiae sacramentum', (1973) n'interdit la célébration de la messe pendant l'adoration eucharistique. Le Canon 941-2 établit simplement que l'adoration eucharistique et la messe ne devraient pas avoir lieu dans la même église ou dans le même oratoire. Les seules fois où il est nécessaire de reposer le Saint-Sacrement est lorsque la messe est célébrée dans la chapelle d'adoration et lorsqu'il n'y a qu'une seule messe quotidienne, pour ne pas empêcher un paroissien d'y participer.