Miracles eucharistiques

Qu’est-ce qu’un miracle eucharistique ?

Avant de nous pencher sur cette question, il convient de rappeler que la Sainte Eucharistie est en elle-même un miracle, et même le résumé de tous les miracles selon saint Thomas d’Aquin. En vertu de la consécration, la substance du pain et du vin est changée en la substance du Corps et du Sang de Jésus : cette conversion, l’Église l’a très justement appelée transsubstantiation. Et c’est un miracle de la toute-puissance divine qui réalise un prodige dans le plan des réalités qui ne tombent pas sous nos sens : les apparences (en théologie les espèces) de pain ne correspondent pas à la substance (précisément cette réalité qui échappe à nos sens) du pain mais à la substance du corps du Christ. Ce miracle est en outre uniquement du côté du sacrement, rien ne change dans la gloire du Ciel : Jésus ne prend pas son baluchon pour « descendre » sur l’autel. Il nous faudrait plusieurs pages pour nous pencher sur la somme des miracles opérés lors de la consécration. Les saints s’émerveillaient de ces prodiges, comme l’apôtre de l’Eucharistie saint Pierre-Julien Eymard : « Le miracle le plus étonnant, le plus inouï, c’est celui de la consécration par un prêtre, par un homme revêtu de toute la misère humaine, et sujet au péché. Eh bien ! c’est cet homme de néant qui donne à son créateur son existence sacramentelle. C’est ce pécheur qui offre Jésus-Christ, qui produit Jésus-Christ sur l’autel, qui renouvelle le miracle de la sainte Cène, qui en un mot opère le plus grand des prodiges ; il crée Jésus-Christ sacramentel, dit saint Augustin : « Celui qui m’a créé sans moi, s’est créé lui-même par moi ». (Œuvres Complètes, PG 284, 6) »

Ces précisions vont maintenant se révéler utiles pour nous pencher sur ce qu’on appelle les « miracles eucharistiques » qui ont eu lieu à différentes périodes de l’histoire de l’Église. Beaucoup d’entre eux montrent une transformation des apparences sensibles du pain en chair humaine et des apparences sensibles du vin en sang. Ces miracles sont donc en quelque sorte l’inverse du miracle qu’est la transsubstantiation, on pourrait même presque dire un affaiblissement de ce premier miracle ou même que ce miracle cesse en quelque sorte : puisque l’hostie qui devient chair par exemple est en réalité déjà (dans sa dimension la plus profonde qui échappe à nos sens) de la chair, la chair sacrée du Seigneur.

Comment arrivent-ils ? Pour quelles raisons ? Que Dieu veut-Il nous dire à travers ces miracles ? Qu’apportent-ils à notre foi dans l’Eucharistie ?

Bien souvent, la foi fait défaut, le doute est devenu volontaire y compris chez les prêtres. Or l’Eucharistie est par excellence un mystère de foi (à chaque messe nous proclamons : « Il est grand le mystère de la foi »). Les théologiens disent que ce mystère concentre en lui les plus grandes difficultés, et demande les plus grands sacrifices à notre intelligence. Donc l’acte de foi en la présence réelle est aussi le plus méritoire. Parfois le Seigneur réalise un prodige eucharistique miraculeux pour soutenir notre foi comme lors de son apparition à saint Thomas : « Cesse d’être incrédule, sois croyant ! » Mais c’est précisément parce que le « juste vit de la foi » et que cette foi en la présence réelle est la plus méritoire que les miracles sont rares. Jésus veut nous récompenser dans l’éternité de notre foi en son sacrement d’amour en ne multipliant pas les miracles.

Sous quelles formes se produisent-ils ?

Il y en a de plusieurs sortes : beaucoup sont liés à une transformation miraculeuse des espèces ou apparences (le sang, la chair sont visibles par exemple), d’autres empêchent ou résistent à des calamités naturelles (incendies, inondations …).

Miracles contre les doutes de prêtres ou fidèles; miracles de consolation des âmes, miracles où le Seigneur se manifeste dans les saintes espèces contre les vols, les profanations; miracles où le Seigneur protège son peuple de calamités naturelles…

Avec un assortiment vaste de photographies et de descriptions historiques, le lien suivant présente les principaux miracles eucharistiques (environ 140 panneaux) qui ont eu lieu de part le monde et qui ont été reconnus par l’Église locale. 

Cliquez pour accéder aux panneaux des miracles eucharistiques

EXPOSITION ITINÉRANTE

Après un très grand succès rencontré au Congrès sur l’Adoration à Paray-le-Monial en 2008, il a paru important de faire circuler cette exposition à travers la France. Il en existe deux en circulation, comportant 42 panneaux chacune. Plus d’une cinquantaine de paroisses en France ont déjà accueilli cette exposition pendant un mois environ. Les paroisses qui désireraient accueillir cette exposition itinérante la recevront de la paroisse précédente et s’engage à la renvoyer à la paroisse suivante de la conserver dans le meilleur état possible… Merci de la réserver en avance.

Pour plus d’information, vous pouvez nous contacter en envoyant un mail à fr@adoperp.fr ou écrire à l’adresse suivante : “Missionnaires de la Très Sainte Eucharistie ” / B.P 540 / 83470 Saint-Maximin-la-Sainte-Baume ou en appelant le 06 71 99 21 45.

Exemple de panneau: le miracle de Lanciano

Cliquer sur l’image pour agrandir…