Pourquoi l’adoration eucharistique perpétuelle ?

JÉSUS LE DÉSIRE ! ! !

Puisque Jésus nous aime infiniment, sa joie est sans limites quand nous venons passer une heure avec lui au Saint-Sacrement. Jésus prononça ces paroles émouvantes à sainte Marguerite-Marie Alacoque : « J’ai soif, mais d’une soif si ardente d’être aimé des hommes au Saint-Sacrement, que cette soif me consume ». Puisque le don de Jésus dans l’Eucharistie est total, la réponse et la reconnaissance de l’Église à ce don doit être totale, donc perpétuelle.

LES PAPES NOUS Y ENCOURAGENT ! ! !

L’animation et l’approfondissement du culte eucharistique sont une preuve du renouveau authentique que le Concile s’est fixé comme but, et ils en sont le point central. L’Église et le monde ont un grand besoin de culte eucharistique. Jésus nous attend dans ce sacrement d’amour. Ne mesurons pas notre temps pour aller le rencontrer dans l’adoration, dans la contemplation pleine de foi et prête à réparer les grandes fautes et les grands délits du monde. Que notre adoration ne cesse jamais« . Voici ce qu’est l’adoration perpétuelle : une adoration qui ne cesse jamais !

Saint Jean-Paul II, Exhortation Apostolique « Dominicae Cenae »

Avec l’assemblée synodale, je recommande donc vivement aux Pasteurs de l’Église et au peuple de Dieu la pratique de l’adoration eucharistique, qu’elle soit personnelle ou communautaire. À ce propos, une catéchèse adaptée, dans laquelle on explique aux fidèles l’importance de cet acte de culte qui permet de vivre plus profondément et avec davantage de fruit la célébration liturgique elle-même, sera d’un grand profit. Ensuite, dans les limites du possible, surtout dans les zones les plus peuplées, il conviendra de choisir des églises ou des oratoires pour les réserver tout spécialement à l’adoration perpétuelle. En outre, je recommande que dans la formation catéchétique, en particulier dans les parcours de préparation à la Première Communion, les enfants soient conduits au sens et à la beauté du fait de se tenir en compagnie de Jésus, en cultivant la stupeur pour sa présence dans l’Eucharistie.

Benoît XVI, Exhortation Apostolique « Sacramentum Caritatis », n° 67, 2007

L’Église ne peut vivre sans le poumon de la prière, et je me réjouis beaucoup que se multiplient dans toutes les institutions ecclésiales les groupes de prières, d’intercession, de lecture priante de la Parole, les adorations perpétuelles de l’Eucharistie. En même temps, « on doit repousser toute tentation d’une spiritualité intimiste et individualiste, qui s’harmoniserait mal avec les exigences de la charité pas plus qu’avec la logique de l’incarnation »

François, Exhortation Apostolique, « L’Évangile de la joie », 2013

CHACUN PEUT PARTICIPER ! ! !

Plus nous limitons le nombre d’heures où le Saint-Sacrement est exposé, plus nous limitons le nombre de personnes qui peuvent venir adorer. A l’inverse, plus nous étendons le nombre d’heures où le Saint-Sacrement est exposé, plus nous augmentons le nombre de personnes qui peuvent trouver une heure fixe hebdomadaire pour l’adoration eucharistique. Chacun peut y participer, car nous pouvons tous trouver au moins une heure par semaine pour la passer avec Jésus. Et quelle que soit l’heure que nous choisissons, elle apporte une grande joie au Cœur du Seigneur. Mais Jésus est particulièrement touché par ceux qui font l’effort de lui tenir compagnie au milieu de la nuit : ainsi l’adoration perpétuelle devient possible…

L’ADORATION PERPÉTUELLE ÉDIFIE LA COMMUNAUTÉ ! ! !

L’adoration perpétuelle unit la communauté parce que l’Eucharistie est le sacrement de l’unité. En nous unissant à Jésus au Saint-Sacrement, Jésus nous unit les uns aux autres par les liens de son amour divin.

ELLE APPORTE LA PAIX ! ! !

L’Eucharistie est d’une efficacité suprême pour la transformation du monde en un monde de justice, de sainteté et de paix.

St Paul IV, discours pour l’inauguration des œuvres sociales eucharistiques internationales à Dos Hermanas

Seul l’amour de Jésus a le pouvoir de réorienter le cours de l’histoire vers des sentiers de paix. Lui seul a fait cette promesse: « Voici je fais toutes choses nouvelles » (Ap 21, 5). L’Eucharistie apporte la paix, car elle découle de la Croix où Jésus a vaincu la haine, le mal et la mort. « L’humanité ne trouvera pas la Paix tant qu’elle ne se tournera pas avec confiance vers ma Miséricorde ». « Le trône de la Miséricorde, c’est le Tabernacle » (Sainte Faustine, Petit Journal, n°300 et n° 1484). Ainsi, pour obtenir la paix véritable dans les cœurs, les familles et le monde, tournons-nous avec pleine confiance vers le Tabernacle, c’est à dire l’Eucharistie célébrée et adorée.

En faisant sur terre ce qui se fait au ciel, c’est à dire en adorant Dieu perpétuellement, alors le royaume de Dieu descend dans les cœurs et sur notre terre selon la promesse de Jésus : « voici je fais toutes choses nouvelles » (Ap 21, 5). 

Le rétablissement de l’adoration du Saint-Sacrement guérira notre Église et donc notre pays et donc notre monde. C’est un des mensonges les plus destructifs de Satan de dire que rester assis dans une Église en adorant le Christ est inutile, superflu et nous éloigne de nos besoins vitaux et nos devoirs contemporains. L’adoration touche chaque personne et chaque chose car elle touche le Créateur, qui touche toutes choses et toutes personnes au monde, de l’intérieur, de son centre même. Lorsque nous adorons, nous plongeons dans l’oeil du cyclone, le point immobile autour duquel le monde tourne. Nous unissons à un dynamisme et une puissance infinis. La puissance de construction de l’adoration est plus grande que la puissance de destruction de la bombe atomique.

Peter Kreeft, philosophe américain

SANCTIFIER LES PRÊTRES ET PRIER POUR LES VOCATIONS

Nous désirons partir d’un mouvement spirituel qui, faisant prendre toujours plus conscience du lien ontologique entre l’Eucharistie et le sacerdoce ainsi que de la maternité spéciale de Marie vis-à-vis de tous les prêtres, donne naissance à une chaîne d’adoration perpétuelle pour la réparation des manquements et pour la sanctification des clercs… et susciter un nombre suffisant de saintes vocations à l’ordre sacerdotal.

Congrégation du Clergé, lettre pour la sanctification des prêtres

Dans une note explicative, il est demandé que chaque diocèse donne mandat à un prêtre de se consacrer à plein temps – dans la mesure du possible – au ministère spécifique de la promotion de l’adoration eucharistique et à la coordination dans le diocèse de cet important service. De même qu’il existe des sanctuaires mariaux, avec des recteurs préposés à un ministère particulier adapté aux exigences spécifiques, il pourra y avoir des sortes de « sanctuaires eucharistiques » avec des prêtres responsables, qui rayonnent et promeuvent l’amour spécial de l’Église pour la Très sainte Eucharistie, dignement célébrée et continuellement adorée…

SOYONS LES VEILLEURS QUI FONT VENIR LE JOUR NOUVEAU

« Sur tes remparts, Jérusalem, j’ai posté des veilleurs, de jour et de nuit, jamais ils ne se tairont. Vous qui vous rappelez au souvenir du Seigneur, pas de repos pour vous. Ne lui accordez pas de repos qu’il n’ait établi Jérusalem et fait d’elle une louange au milieu du pays » (Is 62, 6-7). « Tes portes seront toujours ouvertes, ni le jour ni la nuit on ne les fermera, pour qu’on apporte chez toi les richesses des nations… Tu n’auras plus le soleil comme lumière, le jour, la clarté de la lune ne t’illuminera plus: le Seigneur sera pour toi une lumière éternelle, et ton Dieu sera ta splendeur » (Is 60, 11.19). « Mais pour vous qui craignez mon Nom, le soleil de justice brillera, avec la guérison dans ses rayons » (Ml 3, 20).

Ce qui soutient l’humanité, ce ne sont pas les gouvernants, ni les hommes de génie, ni les hommes d’action: ce sont les adorateurs. Qu’est ce que Dieu leur demande ? Pas grand-chose: d’y croire. Le monde entier, dit saint Jean, est dans les mains du Mauvais. C’est une forteresse de glace qui ne veut pas aimer, et Dieu en fait le siège. Il cherche des brèches: ce sont les adorateurs.

P. Marie-Dominique Molinié

ENTRER DANS L’ADORATION INCESSANTE DU FILS VERS LE PÈRE

C’est pour nous un devoir très doux d’honorer et d’adorer dans la sainte hostie, que nos yeux voient, le Verbe incarné qu’ils ne peuvent pas voir et qui, sans quitter le ciel, s’est rendu présent devant nous.

Saint Paul VI, Profession de foi catholique

Au ciel, le Seigneur Jésus « vit pour toujours afin d’intercéder en notre faveur » (Hb 7, 25). Or Jésus a institué l’Eucharistie pour son Église, de sorte qu’elle puisse entrer dans sa grande adoration du Père et son intercession pour les hommes. En d’autres mots, au tabernacle, Jésus intercède sans cesse auprès de son Père pour nous. Par l’adoration eucharistique, l’Eglise s’associe à son intercession. Puisque son intercession est incessante, notre adoration doit être perpétuelle. Dans le Corps mystique, Jésus est la tête, nous sommes les membres. Les membres doivent agir selon le Tête, en adorant perpétuellement.


Dieu seul sait ce qui se passe dans le cœur de ces adorateurs en esprit et en vérité qui expriment leur amour en veillant des nuits entières auprès de l’Eucharistie. Au fil de ces heures, l’homme est transformé par ce qu’il adore; il prend part à la Pâque du Seigneur, à sa mort et à sa résurrection. Ainsi naît l’homme eucharistique, homme d’émerveillement et de contemplation, habité par la joie et la paix intérieure. Ainsi naît l’homme marial, portant en lui son Seigneur dans la foi, homme visité de Dieu rayonnant de ses dons: amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur et maîtrise de soi.

Cardinal Danneels, Bruxelles

Extraits des statuts des « Missionnaires de la Très Sainte Eucharistie » sur les raisons pour instituer l’adoration eucharistique perpétuelle en paroisse ou en ville 

Nous croyons que par l’adoration eucharistique, Jésus nous évangélise et évangélise le monde entier« Par l’adoration, le Chrétien contribue mystérieusement à la transformation radicale du monde et à la germination de l’évangile. Toute personne qui prie le Sauveur entraîne à sa suite le monde entier et l’élève à Dieu. Ceux qui se tiennent devant le Seigneur remplissent donc un service éminent»

 St Jean-Paul II, Lettre à Mgr Houssiau pour le 750ème anniversaire de la Fête-Dieu, 28 juin 1996

Nous croyons en l’urgence de l’adoration comme moyen pour renouveler et transformer le monde en un monde nouveau, où Jésus-Christ, élevé dans la foi et l’amour, devient ainsi un brasier qui illumine, guérit et embrase le monde entier : « Quand je serai élevé de terre, j’attirerai tous les hommes à moi » (Jn 12, 32). « L’adoration n’est pas un luxe mais une priorité ».

Benoît XVI, Angélus 28 août 2005

Nous croyons que l’adoration perpétuelle est le chant d’amour de l’Église Épouse vers l’Époux eucharistique : « Maranatha, viens Seigneur Jésus » (Ap 22, 20) pour des noces éternelles, d’abord avec l’âme, mais un jour avec toute l’humanité. Nous croyons qu’en donnant au Seigneur l’honneur et la gloire qui reviennent à son nom par l’adoration perpétuelle, nous proclamons Jésus Roi Eucharistique d’amour et de miséricorde pour qu’il prenne possession de son règne (Ap 11, 17 ; 19, 6) selon sa promesse : « voici je fais toutes choses nouvelles » (Ap 21, 5). Car « ce sont de nouveaux cieux et une terre nouvelle que nous attendons selon sa promesse, où la justice habitera » (2 P 3, 13). 

Nous croyons que par l’adoration incessante, la lumière du Ressuscité chasse les ténèbres du monde, comme Dieu donnait la victoire au peuple d’Israël lorsque Moise aidé d’Aaron et d’Uhr, tenait ses bras levés dans une intercession incessante (Ex 17, 8-13). « L’Église et le monde ont un grand besoin de culte eucharistique. Jésus nous attend dans ce sacrement d’amour. Que notre adoration ne cesse jamais » (Jean-Paul II, « Dominicae Cenae », 24 février 1980). Comme le Seigneur donnait la victoire à son peuple en détruisant les murailles de Jéricho après en avoir fait sept fois le tour, de même, le Seigneur nous donne d’être vainqueurs de tous nos Jérichos, que ce soit le mal ou les échecs, lorsque nous L’adorons perpétuellement au Saint-Sacrement. « Par la foi, les murs de Jéricho tombèrent, quand on en eut fait le tour pendant sept jours » (He 11, 30). Puisque sept représente la plénitude, lorsque le peuple de Dieu reste jour et nuit dans la foi devant le Saint-Sacrement, le Seigneur accomplit les miracles dont l’Église et l’humanité ont besoin.

Nous axons, comme réponse à cette urgence ecclésiale, notre apostolat sur la mise en place de l’adoration perpétuelle en paroisse. Par l’adoration, la paroisse est renouvelée de l’intérieur et toutes les initiatives pastorales en trouvent leur fécondité : « Dans la Sainte Eucharistie, – c’est aussi le sens de l’adoration perpétuelle -, nous entrons dans ce mouvement de l’amour d’où découle tout progrès intérieur et toute fécondité apostolique : ‘Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes’ (Jn 12, 32) » (Jean-Paul II, Méditation à la Basilique de Montmartre, 1er juin 1980). « Combien est bienfaisante la redécouverte de l’adoration eucharistique… L’humanité a grand besoin de redécouvrir ce sacrement, source de toute espérance ! » (Benoît XVI, Discours du 9 novembre 2006 pour la préparation du 49ème congrès international eucharistique à Québec). En effet, l’adoration eucharistique « est d’une valeur inestimable dans la vie de l’Église » (Jean-Paul II, « Ecclesia de Eucharistia », n° 25, 17 avril 2003).